Le paradoxe de Stockdale

Il y a quelque temps déjà, j’ai lu Good to Great, de Jim Collins. Un livre qui est sans contredit un des meilleurs que j’ai eu la chance de lire. Collins et son équipe ont étudié pendant de nombreuses années les compagnies qui sont passées de bonnes à exceptionnelles, et qui ont maintenu ce niveau pendant au moins 15 ans. En plaçant ces compagnies en comparaison avec d’autres, similaires, qui n’ont pas été en mesure de soutenir l’excellence pendant une longue période, Collins a documenté plusieurs concepts qui favorisent l’excellence dans le temps. Un de ces concepts est le Paradoxe de Stockdale.

James Stockdale fut l’un des officiers les plus décorés de la Marine américaine. Il a été capturé pendant la guerre du Vietnam et a été détenu et torturé pendant près de 8 ans.

Ce qui a maintenu Stockdale en vie

Jim Collins l’a interviewé pendant l’étude qui a précédé Good To Great. Collins voulait savoir comment on fait pour survivre à 8 ans de torture. Qui réussit, qui ne réussit pas, et pourquoi.

Ce qui est ressorti de cette entrevue est vraiment intéressant. Stockdale raconte que ce sont les optimistes qui n’ont pas survécu. Ils étaient tellement optimistes, qu’ils se disaient qu’ils seraient sortis pour Noël. Puis Noël est arrivé est ils étaient toujours prisonniers. Ils se sont alors dit qu’ils sortiraient pour Pâques. Puis Pâques est arrivé et ils se sont dit qu’ils sortiraient avant la fin de l’été. Et ils ne sont pas sortis. Ultimement, ils ont perdu espoir et ont cessé de se battre.

Quant à lui, Stockdale n’a jamais perdu espoir dans le résultat final : il survivrait, serait libéré, et retrouverait sa femme. Il en était convaincu. Il était convaincu qu’il passerait au travers et même, qu’il en sortirait encore plus fort.

Paradoxalement, il avait la discipline de regarder en face les faits les plus brutaux de sa réalité et de ses circonstances actuelles. Il savait qu’il ne sortirait pas pour Noël. Il savait qu’il serait torturé. Il savait que ce serait difficile. Mais au lieu de se cacher la tête dans le sable comme le faisaient les optimistes, il a affronté ces faits accablants pour essayer d’en amoindrir les effets. Il a développé un système de communication avec les autres prisonniers. Il s’efforçait de maintenir le moral des gens autour de lui. Il a développé un système pour aider les gens à mieux endurer la torture.

Il n’a jamais nié ce qui se passait autour de lui. Et il a affronté ses circonstances avec réalisme et courage. Mais il n’a jamais douté qu’il s’en sortirait un jour.

Jim Collins a nommé tout cela le Paradoxe de Stockdale :

  • Ne jamais perdre la foi que vous allez gagner à la fin.
  • Mais en même temps, avoir la discipline de confronter les faits les plus brutaux de vos circonstances.

En affaires

Ce paradoxe s’applique aussi dans un contexte d’affaires. C’est d’ailleurs un des traits qui a différencié les compagnies qui ont maintenu leur excellence pendant plus de 15 ans alors que leur compagnie de comparaison, elles, n’y sont pas arrivées.

En tant qu’entrepreneur, vous ne devez jamais perdre la foi que vous allez gagner à la fin. Vous voulez devenir le leader mondial dans le domaine X (et vous avez ce qu’il faut pour arriver? ;)) alors vous y arriverez. Ne perdez jamais la foi en le résultat final. « You will prevail! ».

Mais ayez l’objectivité et la discipline de regarder dans les yeux les faits les plus brutaux de votre réalité. Vous perdez de l’argent tous les mois? Il faut régler ce problème avant d’aller plus loin. Votre directeur des ventes n’est pas la bonne personne pour aller où vous voulez aller ? Il faut le remplacer. Vous ne pouvez engager assez de développeurs pour développer la nouvelle version de votre produit? Allez voir des banques, ou des investisseurs. Regardez les « hard-cold-facts » dans les yeux. Ne vous mettez pas la tête dans le sable.

Mais ne perdez jamais espoir. À la fin, vous allez l’emporter :).

À votre tour

Avez-vous lu Good to Great, ou d’autres livre de Jim Collins comme Great By Choice, ou encore How the Mighty Fall ? Comment les avez-vous trouvés? Que pensez-vous du Paradoxe de Stockdale? Quels sont les concepts qui vous le plus marqué dans ces livres?

Commentaires

  1. J’aime beaucoup! C’est une bonne façon d’imager c’est quoi une vision d’entreprise et comment garder le cap malgré les embûches.

  2. Merci pour les bons mots Cindy !

Laisser un commentaire