[Vidéo] L’ascension du Mont Katahdin ou comment repousser les limites de sa zone de confort

Quand je me suis inscrit à l’École d’entrepreneurship de Beauce, je savais que je serais emmené à sortir de ma zone de confort. C’est une des raisons pour laquelle je m’y suis inscrit. Mais rien ne pouvait me préparer à ce que j’ai vécu récemment lors de la réalisation de notre défi sportif: l’ascension du Mont Katahdin.

D’abord, je n’avais jamais entendu parler de cette montagne. Situé dans le Baxter State Park, le mont Katahdin est la toute dernière étape de l’Apalachian Trail, ce sentier épique qui commence en Georgie. Avec une altitude de 5270 pieds, c’est le plus haut sommet dans l’État du Maine.

Nous sommes arrivés dans le Baxter State Park le vendredi soir. Après une courte nuit sans sommeil dans de magnifiques tentes (sentez l’ironie ;)), cordée comme des sardines avec 3 de nos collègues, nous nous sommes levés à 3:30 samedi matin. Déjeuner rapide et on embarque dans les voitures pour faire 1h de route avant d’arriver au pied de la montagne.

Puis on a commencé à marcher. En fait, on a commencé à monter plutôt. Sur les 13h qu’aura duré notre randonnée, je dirais qu’on a monté ou descendu pendant 12h. Même si on était physiquement préparé pour le défi (ça faisait 6 mois qu’on s’entrainait), je n’étais probablement pas assez préparé mentalement…

J’avais vu 2-3 vidéos du Knife Edge, une traversée entre 2 sommets du mont Katahdin, mais je me suis dit bien naïvement: ça a l’air pire que ce que c’est!

Knife Edge Mont Katahdin

En fait, c’était juste l’inverse: c’était vraiment pire que ça en avait l’air!

Je me suis rendu compte assez vite que j’avais le vertige. Et ça m’a pris par surprise! Jeune, je me rappelle avoir été nettoyer les gouttières chez mes parents. J’avais peur, mais je ne regardais pas en bas, ça durait 5 minutes, et c’était correct. Là, j’ai eu peur pendant 8 heures de temps! C’est long 8 heures!

Ce que j’ai appris

Au final, ce fut une aventure extraordinaire. Et j’ai beaucoup appris. D’abord, j’ai appris qu’on peut repousser les limites de sa zone de confort. Et si vous avez déjà vu l’image, c’est « where the magic happens » ;).

Ensuite, j’ai appris qu’on peut parler à sa peur. Si je m’étais écouté, je serais resté figé de nombreuses fois où, paralysé par la peur de tomber, je ne voulais plus bouger du tout. Mais je me suis parlé. Et j’ai fait un mouvement à la fois. Et j’y suis arrivé.

Finalement, j’ai aussi appris que notre corps est une superbe machine! Il possède une incroyable capacité de récupération. À plusieurs reprises durant le parcours, j’étais persuadé de ne pas pouvoir continuer. On a pris une petite pause, et j’étais prêt à repartir après quelques minutes.

On est ben faite pareil 😉

Voici un excellent montage vidéo de notre périple. Merci à Inten6t pour la préparation, l’organisation et le bottage de fesse, ainsi qu’à l’École d’entrepreneurship de Beauce d’avoir rendu le tout possible.

Laisser un commentaire